Les citations marquantes de Warren Buffett

Dans notre dernier balado, notre expert financier Sébastien Mc Mahon se penche sur les citations les plus marquantes de Warren Buffett, l'un des plus grands investisseurs de tous les temps. À travers ces citations, découvrez sa philosophie d'investissement et ses conseils pour réussir en bourse. Prêt à devenir un pro de la finance? Écoutez notre épisode sur les citations de Warren Buffett dès maintenant!

Ashleay : Bienvenue au balado À vos intérêts! de iA Groupe financier. Mon nom est Ashleay et cette semaine, Warren Buffet et ses citations marquantes sont à l'honneur. Alors, bonjour Sébastien.

Sébastien : Salut Ashleay.

Ashleay : Comme toujours, bien contente de te retrouver au studio.

Sébastien : Je suis content de te retrouver aussi et je suis content qu'on parle de monsieur Warren Buffet aujourd'hui. Vous savez, si on faisait le palmarès des plus grands investisseurs de l'histoire de l'humanité, ce n'est pas rien : monsieur Buffet finirait en premier. Puis ,monsieur Buffet est encore vivant et il partage encore sa sagesse avec nous. Donc, c'est assez exceptionnel. Puis, récemment, au mois de septembre, on avait la journée nationale de la lecture je traduis librement le National Read a Book Day , puis la recommandation que j'ai faite, c'est un livre, un recueil des meilleurs segments des lettres annuelles aux actionnaires de monsieur Buffet. Et monsieur Buffett, c’est quelqu'un qui est très vif d'esprit et qui nous a donné beaucoup de petites citations courtes, mais qui veulent dire beaucoup de choses. Donc, je me suis dit qu’aujourd'hui, on pourrait peut-être faire le tour de ses citations les plus célèbres, ou du moins celles que je préfère, et je pense qu'il y en a quelques-unes que t'aimes aussi beaucoup dans la liste, ici.

Ashleay : Effectivement. Alors, ta première citation favorite, c'est : « Le prix est ce que vous payez, et la valeur, c'est ce que vous obtenez. » Alors, quelle est l'importance de découvrir la différence entre le prix et la valeur lorsqu'il s'agit d'investir?

Sébastien : Oui, bien, c'est deux concepts qui sont très importants de différencier la valeur que vous obtenez quand vous achetez un actif. C'est pas nécessairement le prix que vous payez, ok? C'est un peu ça la distinction. Puis, c'est ça investir. On veut payer moins cher pour de la valeur élevée plutôt que l'inverse. Donc, il faut rappeler aux investisseurs que les investissements solides à long terme sont généralement soutenus par des activités économiques qui apportent une réelle valeur ajoutée, comme, par exemple, si on achète des actions, on va acheter une part des entreprises qui ont de la croissance des bénéfices, qui versent des dividendes aux actionnaires. Donc, les actions, c'est des investissements qui sont solides à long terme. Les obligations, quand on achète des obligations gouvernementales ou d'entreprises, bien on va recevoir des paiements d'intérêts. Donc, c’est lié à de l'activité économique réelle. L'immobilier, il peut y avoir des baux qui sont liés à l'immobilier commercial, résidentiel, industriel. Donc, ça génère [], c'est lié à une activité économique qui est liée à la croissance économique, contrairement à des investissements des fois qui sont à la mode, comme des cryptomonnaies, des NFT, des compagnies qui sont très spéculatives aussi. Quand on voit juste les prix qui montent et qui descendent rapidement, il faut penser qu'on tombe plutôt dans le monde de la spéculation. Donc, il faut se poser la question quand on achète quelque chose : est ce qu'on achète un actif parce qu'on s'attend à ce que quelqu'un d'autre vous en débarrasse des mains rapidement, à un prix plus élevé? Donc, ça, c'est de la spéculation. Puis [], ou est-ce que vous achetez quelque chose qui a vraiment une vraie valeur économique? Parce qu'une fois que l'engouement va être passé sur les tendances de court terme, tout ce qui va vous rester dans les mains, c'est la valeur de l'actif, quel que soit le prix que vous avez payé pour l'acquérir.

Ashleay : Parlant de spéculation, ta deuxième citation préférée est plutôt drôle, mais elle soulève une question plus sérieuse. Alors :« Ce n'est que lorsque la marée se retire que l'on découvre qui s'est baigné nu. »

Sébastien : Elle est bonne celle-là.

Ashleay : Oui, elle est vraiment bonne. Comment on distingue les investisseurs des spéculateurs en matière de gestion de risques?

Sébastien : C'est justement, comme tu dis, c'est la gestion des risques. Vous savez, si on va se baigner à la plage aujourd'hui, on peut dire : « J'ai pas besoin de mettre de maillot, une fois que je suis dans l'eau, personne ne va me voir de toute façon.» Mais éventuellement il va falloir sortir de l'eau, un, puis deuxièmement, ça se peut que la marée baisse et puis que ça soit moi la personne nue que les gens voient et pointent du doigt à la plage. Donc, une bonne gestion des risques quand on va se baigner : on porte un costume de bain. Puis, même chose quand on investit, il faut gérer ses risques. Donc, tout le monde peut avoir de la chance puis faire bonne figure quand la fortune sourit, puis quand il y a des tendances qui font lever les marchés à la hausse. Mais c'est quand les choses se gâtent qu'on peut faire la distinction entre les investisseurs, qui ont un maillot de bain, puis les spéculateurs, qui sont allés se baigner sans maillot. Donc, c'est aussi une idée importante à garder à l'esprit : ceux qui parlent seulement de leurs investissements dans votre entourage, quand la marée monte et puis que vous savez, il y a de grandes tendances, les titres technologiques, on peut penser à la bulle technologique de 1999 - 2000, bien, c'est pas nécessairement eux autres qu'il faut écouter. Il faut essayer de plutôt, de donner, de porter attention aux investisseurs qui réussissent à bien s'en tirer à travers les cycles, donc quand la marée monte et puis quand la marée baisse.

Ashleay : Oui, tout à fait. Et la prochaine citation, c'est ma préférée. Alors : « Soyez craintif quand les autres sont avides et soyez avides quand les autres sont craintifs. » Alors, pourquoi c'est important d'être prudents quand les autres sont avides sur le marché?

Sébastien : Il faut comprendre que les marchés sont cycliques, donc quand les choses vont bien, il ne faut pas penser que les choses vont toujours bien aller à partir de maintenant. Il faut se protéger de soi-même, il faut bien gérer ses risques. Puis quand les marchés vont moins bien parce que c'est cyclique, ça arrive, il ne faut pas penser que justement, maintenant, il faut aller se mettre en boule dans un coin et ne plus jamais toucher aux marchés. Non, généralement, il faut essayer d'aller dans le sens contraire de la foule dans ces extrêmes-là. Donc, quand on voit que tout le monde autour de nous pense que les choses vont tellement bien qu'il ne peut rien arriver de mal, pensez que c'est peut-être le temps de prendre des profits. Comme on dit toujours : « On ne se met pas pauvre à prendre des profits. » Et quand les choses vont mal et que tout le monde pense juste à vendre, bien, si vous avez de l'argent de côté parce que vous avez pris des profits au bon moment, bien c'est le bon moment de commencer à acheter. Ça ne veut pas dire que vous allez acheter la bonne journée et que le lendemain tout va repartir à la hausse, mais quand vous allez regarder ça froidement, un an, deux ans après, vous allez regarder ça et vous allez dire que oui, cette période-là, c'était un bon moment pour acheter plutôt que de vendre. Puis, il y a d'autres périodes où les marchés ont monté beaucoup, qu'on se rend compte, avec le recul, que c'était une période pour prendre des profits. Donc, c'est ce que ça veut dire d'être équilibré au point de vue de ses émotions.

Ashleay : Absolument. Et le prochain point est à la fois fascinant et triste d'une certaine manière. Alors, « Ce que nous apprend l'histoire, c'est que les gens n'apprennent pas de l'histoire. »

Sébastien : Oui, exactement. Puis, vous savez, l'investissement, si on peut dire, c'est un jeu de long terme, mais qui se passe par segments courts et successifs. Il y a toujours un demain, il y a toujours une semaine prochaine, puis un mois prochain. Ça, c'est stable dans le temps, c'est constant, ça a toujours été comme ça. Mais les êtres humains sont par nature impatients, surtout quand il s'agit de leur argent. Donc, on voit les mêmes erreurs se répéter encore et encore. On voit des gens qui agissent basés sur de l'émotion. Puis, surtout, je vous dirais que l'expression la plus dangereuse dans le domaine de l'investissement, c'est de dire, et là, entre guillemets :« Cette fois-ci, c'est différent. » Donc, penser que oui, dans le passé, quand je regarde froidement les données, voici ce que je devrais faire. Mais cette fois-ci, j'ai une intuition qui me dit que les choses ne se passeront pas comme ça. Bien, comme dans le moment, on voit les taux d'intérêt qui ont augmenté beaucoup depuis le début de 2022. Généralement, ça, c'est suivi d’un ralentissement économique. Ce qu'on voit aussi dans le temps, c'est que quand les taux d'intérêt augmentent beaucoup, les nouvelles publiées sur l'économie qui tient bon, qui est résiliente et qu’il n’y aura pas de récession, ça augmente aussi. Mais généralement, l'économie finit par ralentir. Donc, c'est toujours une question d'être patient. Donc, quand on regarde l'histoire, c'est important, on tire des leçons, mais il faut agir sur ces leçons-là plutôt que de penser que cette fois-ci, c'est différent.

Ashleay : Et la prochaine citation : « Quelqu’un est assis à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un a planté un arbre il y a longtemps. »

Sébastien : C'est une très belle image, une très belle citation, puis c'est à garder à l'esprit quand on investit à long terme. Donc, tout le monde sait qu'il faut jouer sur le long terme. Il faut investir à long terme, mais on a tendance à être enclin aux émotions, puis on finit par se faire nous-mêmes de propres jambettes en étant réactif, puis en ne respectant pas notre plan. Donc, pensez à votre futur, vous comme cette personne-là qui est assise à l'ombre dans plusieurs années. Dans le futur, commencez tout de suite à planter et à arroser un arbre.

Ashleay : La prochaine phrase. Je me rappelle presque une citation du fameux livre Fight Club. Alors : « La règle numéro un est de ne jamais perdre d'argent et la règle numéro deux est de ne jamais oublier la règle numéro un. »

Sébastien : Ouais. Puis ça ici, gardez juste quelques chiffres juste pour ça. C'est un peu une citation bonus qu'on vous donne aujourd'hui. C'est une règle simple : chaque dollar que vous allez perdre en cours de route, c'est un dollar qui ne fructifiera pas au fil du temps. Et on parle souvent de l'intérêt composé, que c'est une des forces les plus puissantes. Donc, perdre de l'argent, ça veut dire acheter quelque chose de spéculatif, puis être obligé de vendre à un prix plus bas, ou quand les marchés baissent, de vendre en panique et en pensant : « Ok, je vais être capable de racheter plus bas. » Puis là, finalement, les marchés reviennent, puis on est obligé de racheter la même affaire plus haut, puis on cristallise des pertes. Donc, si on suppose uniquement un rendement composé annuel de 5 %, qui est très raisonnable, sur vos investissements, bien, chaque dollar que vous perdez aujourd'hui, dans 30 ans, ce dollar-là aurait eu un rendement combiné de 330 %. Donc, ce dollar-là deviendrait 4,30 $ dans le futur. Donc, quand vous vous privez d'un dollar aujourd'hui en perdant dans un investissement, bien, à long terme, c'est 4,30 $ que vous perdez. Donc, faites les mathématiques. Si c'est plusieurs dollars que vous perdez aujourd'hui, bien c'est encore plus d'argent que vous perdez à long terme.

Ashleay : Très intéressant. Encore une fois, un grand merci à toi Sébastien pour tes explications éclairées sur les sujets qu'on a traités dans l'épisode. Et encore une fois, merci à Frédérick Montplaisir et Simon Ceré pour notre formidable musique de balado. Si vous avez apprécié cet épisode, n'hésitez pas à le partager et on se revoit la semaine prochaine. Vous avez aimé cet épisode et vous aimeriez en apprendre davantage sur l'actualité économique? Abonnez-vous à notre balado À vos intérêts!, disponible sur toutes les plateformes. Vous pouvez aussi visiter la page Actualités économique sur ia.ca et nous suivre sur les réseaux sociaux.

À propos

Sébastien possède près de 20 ans d’expérience dans les secteurs privé et public. En plus de son rôle de stratège en chef et d’économiste sénior, il est également gestionnaire de portefeuilles chez iA Gestion mondiale d’actifs et membre du comité d’allocation d’actifs de la société. Ces fonctions lui permettent d’exprimer sa passion pour les chiffres, les mots et la communication. Sébastien agit en tant que porte-parole de iA Groupe financier et conférencier invité sur les questions qui touchent l’économie et la finance. Avant de se joindre à iA en 2013, il a occupé divers postes dans le secteur de l’économie à l’Autorité des marchés financiers, chez Desjardins et au ministère des Finances du Québec. Sébastien est titulaire d’une maîtrise et d’un doctorat en économie de l’Université Laval et détient le titre de CFA.

Sébastien Mc Mahon

Vice-président, allocation d'actifs, stratège en chef, économiste sénior et gestionnaire de portefeuilles

Ce balado ne doit pas être copié ou reproduit. Les opinions exprimées dans ce balado reposent sur les conditions actuelles de marché et peuvent changer sans préavis. Elles ne visent nullement à fournir des conseils en matière de placement. Les prévisions données dans ce balado ne sont pas des garanties de rendement. Elles impliquent des risques, des incertitudes et des hypothèses. Bien que ces hypothèses nous paraissent raisonnables, il n’y a aucune assurance qu’elles se confirment.

Cours des actions

2024-04-18 12:32 HAE
  • ^TSX 21 708,44 $ 52,39 $
  • $CADUSD 0,73 $ 0,00 $

Vous êtes abonné

Dans quelques instants, vous recevrez la dernière édition de l'Infolettre iA à l'adresse

Suivez l’économie chaque semaine avec notre infolettre.

J’accepte de recevoir des courriels ou d’autres messages électroniques de iA Groupe financier à propos de ses produits et services.

Vous êtes abonné

Dans quelques instants, vous recevrez la dernière édition de l'Infolettre iA à l'adresse

Une erreur s’est produite. Veuillez essayer de nouveau.