Concours REER-CELI : Cotisez et gagnez 5 000 $

RÉGIME ENREGISTRÉ
D'ÉPARGNE-RETRAITE (REER)

Qu'est-ce qu'un REER?

Le régime enregistré d’épargne-retraite vous permet d’épargner pour la retraite, mais il peut également servir à financer l’achat d’une première propriété (RAP) ou même un retour aux études (REEP).

Le REER possède un double avantage fiscal. Premièrement, l’argent investi est déductible d’impôt, vous pouvez donc déduire vos cotisations de votre revenu annuel pour payer moins d’impôts. De plus, tant que vous ne faites pas de retrait, les sommes générées par votre REER ne sont pas imposables.

  • Combien ai-je droit de cotiser à mon REER?

    Pour 2022, vous pouvez déposer dans votre REER jusqu’à 18 % de votre revenu annuel, jusqu’à concurrence de 29 210 $. Vos droits de cotisation inutilisés s’accumulent d’année en année, ce qui signifie que vous pourriez investir plus de 18 % de votre revenu annuel si vous n’avez pas maximisé vos cotisations durant les années précédentes.

    Comment augmenter au maximum vos cotisations REER?

    Puisque le REER possède de nombreux avantages fiscaux, le prêt REER pourrait s’avérer une stratégie avantageuse pour maximiser vos cotisations.

  • Quelle est la date limite pour cotiser à un REER?

    Pour l’année d’imposition 2022, vous avez jusqu’au 1er mars 2023 pour cotiser et bénéficier de déductions d’impôt. Vous pouvez encore cotiser à votre REER après cette date, mais vos cotisations seront inscrites dans votre déclaration de revenus de l’année suivante.

Consulter les règlementsopen_in_new

Les principaux avantages du REER

  • Les cotisations versées à un REER réduisent votre revenu annuel imposable, ce qui vous permet de bénéficier d’économies d’impôts;
  • Tant que vous ne faites pas de retrait, vous ne payez pas d’impôt sur l’argent généré dans votre REER;
  • Les droits de cotisation inutilisés sont reportés à l’année suivante, ce qui signifie que vous pourriez cotiser plus que votre limite annuelle;
  • Vous pouvez retirer des fonds de votre REER pour financer l’achat d’une première propriété (RAP) ou un retour aux études (REEP);
  • Vous pouvez cotiser au REER de votre conjoint pour réduire votre revenu imposable et profiter d’économies fiscales.

4 types de placements pour votre REER

Choisir iA pour votre REER, c’est choisir l’entreprise qui occupe le premier rang en ventes nettes de fonds distincts au Canada depuis 2016. Nos fonds offerts sont dirigés par des gestionnaires de portefeuilles de renom et suivent les tendances les plus innovantes du marché. Différentes options de placements sont disponibles selon votre profil d’investisseur et votre tolérance au risque.

Fonds distincts

Les fonds distincts s’apparentent aux fonds communs de placement, mais offrent de nombreux avantages dont des garanties qui protègent vos investissements contre les baisses du marché.

Fonds à intérêt garanti

Les fonds à intérêt garanti offrent un taux d’intérêt fixe et garanti pour la durée du placement. Ils garantissent ainsi 100 % de votre capital à l’échéance.

Compte d'épargne à intérêt élevé

Simple et accessible, le compte d’épargne à intérêt élevé vous permet d’épargner sans risque selon le taux d’intérêt en vigueur.

Fonds à intérêt quotidien+

Les intérêts du fonds à intérêt quotidien+ (FIQ+) s’accumulent dans vos placements sur une base quotidienne et vous sont payés mensuellement.

Foire aux questions

Pour ouvrir un compte REER, il vous suffit d’en faire la demande auprès d’un conseiller ou d’une conseillère en sécurité financière.

  • -  Si vous avez déjà un conseiller, contactez-le pour lui parler de votre projet. Vous trouverez ses coordonnées dans votre Espace client.
  • -  Si vous n’avez pas de conseiller, vous pouvez en trouver dès maintenant via la page Trouver un conseiller.

Votre conseiller pourra ouvrir votre compte REER après avoir fait l’analyse de vos besoins financiers. Il vous conseillera également sur les produits d’investissement pour ce dernier.

Pour être admissible au REER, vous devez :

  • -  Être âgé de 71 ans et moins au 31 décembre de l’année en cours;
  • -  Gagner un revenu et produire une déclaration fiscale au Canada.

Oui. Il suffit de gagner un revenu au Canada pour être admissible et d’avoir fait au moins une déclaration de revenus par le passé. Les travailleurs et étudiants étrangers peuvent également effectuer des cotisations à un REER avant d'obtenir le statut de résident permanent.

Il n’y a pas d’âge minimal pour avoir un REER et vous pouvez y cotiser à partir du moment où vous gagnez un revenu admissible. Il faut toutefois avoir eu 18 ans au cours de la dernière année pour faire une contribution de plus de 2000 $.

Vous pouvez cotiser à votre REER jusqu’au 31 décembre de l’année de vos 71 ans. Par après, vous devez convertir votre REER en Fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) ou en rentes.

Les cotisations à votre REER réduisent votre revenu imposable au cours d’une année fiscale, ce qui diminue par la même occasion l’impôt à payer. De plus, le REER vous permet de faire croître vos investissements à l’abri de l’impôt et ainsi d’accumuler pour votre retraite.

Vous pouvez déposer jusqu’à 18 % de votre revenu gagné annuel dans votre REER, et ce, jusqu’à concurrence du maximum permis pour l’année en cours. Ce maximum est de 29 210 $ pour 2022.

Notez que vos droits de cotisation inutilisés s’accumulent d’une année à l’autre. Vous pouvez donc investir plus que le maximum permis si vous n’avez pas maximisé vos cotisations au cours des années précédentes.

Vous trouverez votre plafond de cotisation personnel sur l’avis de cotisation qui vous est envoyé par l’Agence du revenu du Canada (ARC) après avoir rempli votre déclaration de revenus.

Oui. Un impôt de 1 % par mois est applicable sur les cotisations qui dépassent de 2000 $ votre droit de cotisation admissible.

Oui. Toutefois, vous devrez considérer les montants versés par vous et votre employeur dans votre régime de retraite, car ces montants viendront réduire vos droits de cotisation annuels.

Pour déterminer les contributions admissibles à votre REER, un facteur d’équivalence (FE) est calculé. Il représente généralement le montant que votre employeur et vous avez versé au régime de pension, et doit être déduit de vos droits de cotisation. Vous trouverez cette information sur votre avis de cotisation de l’Agence de revenu du Canada (ARC).

Les cotisations au REER du conjoint peuvent être avantageuses dans certains contextes. C’est le cas lorsque votre conjoint et vous êtes dans des tranches d’imposition différentes. Les cotisations au REER du conjoint ayant le salaire le plus élevé permettront une déduction supérieure pour l’année en cours. Le fractionnement de revenu, une fois à la retraite, viendra réduire votre fardeau fiscal combiné.

Dans tous les cas, il vaut mieux en discuter avec votre conseiller avant d’effectuer des contributions au REER d’un conjoint.

Tout à fait! Au Canada, le régime d’accession à la propriété (RAP) vous permet d’emprunter jusqu’à 35 000 $ de votre REER pour l’achat d’une première propriété, et ce, sans augmenter votre revenu annuel.

Vous devrez répondre à quelques critères d’admissibilité pour profiter du régime. Vous aurez ensuite 15 ans pour rembourser les fonds empruntés de votre compte REER ou vous devrez payer l’impôt sur le montant non remboursé. C’est une option avantageuse pour les nouveaux acheteurs.

Oui! Au Canada, le régime d'encouragement à l'éducation permanente (REEP) permet d'emprunter des sommes de votre REER pour financer un retour aux études à temps plein. Vous pouvez retirer jusqu’à 10 000 $ par année, pour un total maximum de 20 000 $. Le REEP peut aussi être utilisé pour financer les études de votre conjoint.

Vous aurez ensuite 10 ans pour rembourser les fonds à votre REER en y versant un minimum annuel de 10 % des sommes empruntées.

Oui. Si les fonds ne se trouvent pas dans un régime immobilisé, vous pouvez les retirer en tout temps. Toutefois, les fonds retirés s’ajouteront à tout autre revenu imposable pendant l’année et vous serez imposé en fonction de votre palier au moment du retrait. Il est donc important de considérer les conséquences fiscales d’un retrait anticipé.

Si vous possédez déjà un compte REER et que vous avez quitté le Canada, vous pouvez continuer d'y cotiser tant et aussi longtemps que vous avez des droits de cotisation inutilisés. Après coup, il vous faudra gagner un revenu canadien admissible pour continuer à y cotiser.