Retour à la salle de presse

Assemblée annuelle de l'Industrielle Alliance : Conquérir de nouveaux marchés; de l'assurance à la gestion de patrimoine

Québec,

Communiqué de presse

« Peu d’événements peuvent à eux seuls transformer une organisation. Chez nous, à l’Industrielle Alliance, cette transformation s’est faite graduellement. Ainsi, au fil des ans, sans faire de bruit, d’une société d’assurance, nous sommes devenus une institution financière, et d’une société québécoise, nous sommes devenus une société pancanadienne. » C’est en ces termes que s’est exprimé aujourd’hui Yvon Charest, président et chef de la direction de l’Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc., alors qu’il commentait les réalisations de l’année 2005 et rappelait la stratégie de croissance de la société aux actionnaires et aux titulaires de polices avec participation réunis lors de l’assemblée générale annuelle de l’Industrielle Alliance.

Principales réalisations 2005
Reprenant le thème du rapport annuel 2005 de la société, Conquérir de nouveaux marchés; de l’assurance à la gestion de patrimoine, monsieur Charest a d’abord rappelé que l’année 2005 avait été marquée par plusieurs réalisations qui viendront renforcer de façon durable la position concurrentielle de l’Industrielle Alliance.

Parmi les principales réalisations de l’année, monsieur Charest a mentionné : l’acquisition de Clarington Corporation, une société de gestion de fonds mutuels, qui permet à la société de devenir un joueur de taille dans le marché des fonds de placement au Canada; l’intégration de BLC-Edmond de Rothschild gestion d’actifs inc., une société de gestion de fonds mutuels acquise à la fin de 2004; l’intégration de La Nationale Vie, une filiale d’assurance de personnes de l’Industrielle Alliance; la restructuration des réseaux de distribution des secteurs de l’individuel; la poursuite du développement hors Québec; et l’acquisition de KingsGate Securities, une société de courtage en valeurs mobilières de plein exercice.

Stratégie de croissance
« Toutes ces réalisations s’inscrivent dans une stratégie plus large qui vise cinq objectifs, a précisé monsieur Charest : développer le secteur de la gestion de patrimoine; étendre nos réseaux de distribution; diversifier nos activités géographiquement; poursuivre nos acquisitions, au Canada d’abord, mais également aux États-Unis, si des occasions d’acquisition avantageuses se présentent; et maximiser les synergies au sein des sociétés du Groupe Industrielle Alliance. »

Monsieur Charest a par la suite apporté un certain nombre de précisions sur la stratégie poursuivie par la société.

Développer le secteur de la gestion de patrimoine – Pour le secteur de la gestion de patrimoine, monsieur Charest a expliqué que la stratégie de la société consistait à poursuivre intensément son développement dans ce secteur, en cherchant notamment à manufacturer ses propres produits et à développer ses propres réseaux de distribution.

La société considère en effet important son développement dans le secteur de la gestion de patrimoine puisque celui-ci est complémentaire aux activités d’assurance de la société, qu’il est en forte croissance, qu’il offre le potentiel de générer des rendements supérieurs à ceux visés actuellement par la société (soit un rendement sur les capitaux propres entre 13 % et 15 %), qu’il donne accès à de nouveaux réseaux de distribution et qu’il procurera une meilleure diversification des sources de profit de la société.

On sait que l’Industrielle Alliance, qui est depuis plusieurs années un joueur d’envergure nationale dans le marché des fonds distincts, a commencé à développer le marché des fonds mutuels et des valeurs mobilières il y a cinq ans à peine. Depuis, la société a réalisé pas moins de onze acquisitions dans le secteur de la gestion de patrimoine. Ainsi, au 31 mars 2006, la société gérait, pour le marché des particuliers, un actif de 6,0 milliards de dollars en fonds mutuels et de 5,3 milliards de dollars en fonds distincts, pour un total de 11,3 milliards de dollars. La société se retrouve aujourd’hui parmi les 20 premiers gestionnaires de fonds de placement au Canada pour le marché des particuliers et parmi les 10 premiers pour le réseau des conseillers indépendants. L’Industrielle Alliance administrait également, au 31 mars 2006, un actif de 9,6 milliards de dollars en fonds mutuels et en valeurs mobilières, par le biais de ses deux sociétés de courtage en épargne collective, Investia et FundEX, et de sa filiale en valeurs mobilières, Industrielle Alliance Valeurs mobilière.

Étendre les réseaux de distribution – Dans les secteurs des produits et des services aux particuliers, soit l’Assurance individuelle et la Gestion de patrimoine individuel, monsieur Charest a fait remarquer que l’Industrielle Alliance était reconnue, depuis maintenant plusieurs années, pour la diversité, l’envergure et la profondeur de ses réseaux de distribution. La société a en effet mis beaucoup d’effort au fil des ans pour faire croître ses réseaux, et ce, dans toutes les régions du pays, en cherchant notamment à devenir l’« assureur de choix » d’un nombre grandissant de représentants.

La société compte ainsi, aujourd’hui, sur de multiples réseaux pour distribuer ses produits. Elle compte notamment sur : un réseau Carrière (plus de 1 400 représentants d’assurance rattachés); un réseau Agents généraux (quelque 12 000 courtiers d’assurance); un réseau Comptes nationaux (environ 200 courtiers en valeurs mobilières et planificateurs financiers); un réseau de conseillers en fonds mutuels (plus de 1 000 conseillers rattachés à ses filiales Investia et FundEX); son propre réseau de courtiers en valeurs mobilières (environ 150 courtiers); un réseau bancaire (quelque 500 représentants des Services financiers Banque Laurentienne, avec qui la société a signé une entente de distribution exclusive de dix ans pour la vente des fonds mutuels de l’Industrielle Alliance); et, depuis l’acquisition de Clarington, le vaste réseau des courtiers en fonds mutuels indépendants (la société fait actuellement affaire avec quelque 10 000 représentants dans ce réseau).

« Nous sommes particulièrement bien positionnés pour tirer avantage de la convergence au chapitre de la distribution, a déclaré monsieur Charest. Nous faisons en effet maintenant affaire avec des représentants provenant de tous les milieux, soit l’assurance, les fonds mutuels, les valeurs mobilières et le monde bancaire. »

Diversifier les activités géographiquement – En ce qui touche la répartition géographique des activités, monsieur Charest a réitéré l’objectif de la société d’être reconnue, dans tous les secteurs d’activité, comme une entreprise d’envergure pancanadienne. On sait que la société est reconnue depuis plusieurs années comme un joueur national dans le secteur de l’Assurance individuelle. Les trois autres grands secteurs d’activité de la société cherchaient cependant activement depuis plusieurs années à acquérir la même reconnaissance. Or, en 2005, les efforts de ces secteurs ont été récompensés puisque, pour la première fois, les ventes à l’extérieur du Québec ont été supérieures à celles au Québec dans la plupart des secteurs d’activité. La société entend donc poursuivre avec vigueur ses efforts de développement pancanadien, et ce, dans tous les secteurs d’activité.

Poursuivre les acquisitions – En ce qui touche les acquisitions, monsieur Charest a d’abord mentionné que la société dispose d’une bonne flexibilité financière pour poursuivre sa croissance par voie d’acquisitions, puisqu’elle estime actuellement à quelque 70 millions de dollars son capital excédentaire et que ce montant pourait augmenter à quelque 100 à 125 millions de dollars à la fin de l’année 2006.

Monsieur Charest a rappelé que la société était à l’affût d’acquisitions dans le secteur de la gestion de patrimoine, comme cela a été le cas au cours des dernières années, dans celui de l’assurance vie, soit son secteur de base, de même que dans celui de la santé, où elle entend explorer les occasions d’affaires.

Monsieur Charest a cependant ajouté que la société se sentait prête à aller plus loin en matière d’acquisitions et à commencer à prendre de l’expansion aux États-Unis. « Maintenant que nous avons fait une percée importante dans le secteur de la gestion de patrimoine au Canada et que plus de la moitié de nos ventes se fait à l’extérieur du Québec, nous croyons qu’il est temps d’explorer activement les possibilités qu’offre le vaste marché américain, a expliqué monsieur Charest. Si nous faisons une incursion aux États-Unis, ce sera dans un créneau de marché ciblé où nous croyons que nous pourrons bénéficier d’une bonne position de marché et pourrons générer des avantages concurrentiels. »

Maximiser les synergies au sein du Groupe Industrielle Alliance – On sait que l’un des objectifs de l’Industrielle Alliance est d’améliorer sa compétitivité en demeurant un producteur à faibles coûts. Or, pour y arriver, la société cherche constamment à maximiser les synergies au sein des sociétés du Groupe Industrielle Alliance afin d’alléger sa structure, et devenir ainsi une organisation encore plus compétitive et plus rentable.

C’est dans cet esprit que la société a poursuivi, en 2005, l’intégration de sa filiale La Nationale Vie, dont les activités sont en voie de regroupement à celles de la société mère, et a intégré les activités de BLC-Edmond de Rothschild à celles de sa filiale de fonds mutuels. Pour 2006, la société entend poursuivre dans cette même voie en regroupant Clarington Corporation à ses autres activités de fonds mutuels, afin de former une nouvelle entité, IA Clarington.

« Nous sommes déterminés à tout mettre en œuvre pour faire progresser l’Industrielle Alliance, comme cela a été le cas dans le passé, a conclu monsieur Charest. Si nous réussissons à nous démarquer sur le marché, c’est grâce à l’heureux mariage de plusieurs attributs : une culture d’entrepreneurship qui favorise l’innovation et la performance; une stratégie d’affaires réfléchie et efficace axée sur des relations mutuellement profitables avec les représentants; une réputation d’excellence en matière de gestion des risques; et un personnel qualifié et formé à l’interne, qui se concentre sur l’atteinte des objectifs à long terme de l’entreprise, tant au chapitre de la croissance des affaires qu’au chapitre de la rentabilité. »

À propos de l’Industrielle Alliance
Fondée en 1892, l’Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. est une société d’assurance de personnes qui offre une gamme variée de produits d’assurance vie et maladie, d’épargne et de retraite, de REER, de fonds mutuels et de fonds distincts, de valeurs mobilières, d’assurance auto et habitation, de prêts hypothécaires ainsi que d’autres produits et services financiers. Cinquième plus importante société d’assurance de personnes au Canada, l’Industrielle Alliance est à la tête d’un grand groupe financier – le Groupe Industrielle Alliance –, présent dans toutes les régions du pays de même que dans le nord-ouest des États-Unis. L’Industrielle Alliance assure plus de 2 millions de Canadiens et de Canadiennes, emploie plus de 2 700 personnes et administre et gère un actif de plus de 40 milliards de dollars. Le titre de l’Industrielle Alliance est inscrit à la Bourse de Toronto sous le symbole IAG. L’Industrielle Alliance compte parmi les 100 plus importantes sociétés publiques au Canada.

- 30 -

Information : 
Jacques Carrière
Vice-président, Relations avec les investisseurs
Tél. bur. : (418) 684-5275
Cellulaire : (418) 576-3624