Retour à la salle de presse

Assemblée annuelle de l'Industrielle Alliance : Progresser à grands pas dans un monde en consolidation

Les actionnaires approuvent la subdivision des actions

Québec,

Communiqué de presse

« L’année 2004 a probablement été celle où nous avons le mieux prouvé aux marchés financiers que nous étions en mesure non seulement de concurrencer avec succès dans l’industrie, mais aussi de gagner des parts de marché, tout en conservant nos marges bénéficiaires, dans un environnement toujours plus compétitif. » C’est en ces termes que s’est exprimé aujourd’hui Yvon Charest, président et chef de la direction de l’Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc., alors qu’il commentait les résultats de l’année 2004 aux actionnaires et aux titulaires de polices avec participation réunis en assemblée générale annuelle et extraordinaire.

Monsieur Charest a d’abord rappelé que l’année 2004 avait été bénéfique à tous les égards. Sur le plan de la rentabilité, la société a établi un bénéfice net record de 161,2 millions de dollars (155,1 millions en incluant des frais de 6,1 millions relatifs à l’intégration de sa filiale La Nationale Vie), ce qui représente une croissance de 18 % par rapport à l’année précédente et un rendement des capitaux propres de 14,1 %.

Au chapitre de la croissance des affaires, malgré l’intense compétition que la consolidation actuelle engendre, l’Industrielle Alliance a continué à gagner des parts de marché, particulièrement dans les deux secteurs des produits et des services aux particuliers. La société a ainsi vu ses ventes d’assurance individuelle progresser de 9 % en 2004 par rapport à l’année précédente, alors que les ventes de l’industrie ont régressé de 1 %. Ce résultat place la société au troisième rang, au Canada (un rang de mieux qu’en 2003), avec une part de marché de 13,2 % (11,9 % en 2003). Les ventes ont été excellentes également pour le secteur des Rentes individuelles, ayant augmenté de 38 % en 2004, comparativement à 28 % pour l’industrie des fonds mutuels.

« Nous avons prouvé une nouvelle fois que nous pouvions respecter nos engagements envers la communauté financière, a commenté Yvon Charest. Ainsi, au chapitre de la rentabilité, nous avons réussi à obtenir un rendement qui se situe à l’intérieur de notre fourchette cible de 13 % à 15 %, alors qu’au chapitre de la croissance des affaires nous avons atteint notre objectif de croissance des ventes de cinq points de pourcentage de plus que l’industrie, notamment dans les secteurs de l’Assurance et des Rentes individuelles. » Monsieur Charest a d’ailleurs tenu à souligner que la société avait suffisamment confiance en ses moyens pour renouveler ces deux objectifs pour les prochaines années.

Monsieur Charest a par ailleurs rappelé que l’Industrielle Alliance avait célébré son cinquième anniversaire d’inscription à la Bourse de Toronto le 3 février dernier. Au cours des cinq dernières années, le bénéfice net attribuable aux actionnaires a grimpé de 107 %, le bénéfice par action dilué a augmenté de 96 %, les primes d’assurance et de rentes ont progressé de 79 %, l’actif sous gestion et sous administration a connu une hausse de 119 % et la capitalisation boursière a bondi de 285 %, entre le 3 février 2000 et le 3 février 2005, grâce notamment à une croissance du prix de l’action de 266 %. « Ces résultats prouvent que l’Industrielle Alliance peut véritablement Progresser à grands pas dans un monde en consolidation, comme le dit le thème du rapport annuel de cette année. »

Principales réalisations 2004 et stratégie de développement
Monsieur Charest a également souligné que l’année 2004 avait été marquée par plusieurs initiatives qui viendront renforcer encore davantage la position concurrentielle de l’Industrielle Alliance pour les prochaines années. Parmi les principales initiatives de l’année, monsieur Charest a mentionné : la décision de la société de regrouper aux siennes les activités de sa filiale La Nationale Vie; l’achat de BLC-Edmond de Rothschild gestion d’actifs inc., un gestionnaire de fonds mutuels; la signature d’une entente de distribution exclusive de dix ans avec la Banque Laurentienne pour la vente des fonds mutuels de l’Industrielle Alliance; la prise d’une participation majoritaire dans FundEX Investments Inc., une société de courtage en fonds mutuels; l’achat de Lynch Investments Inc. et de KingsGate Securities Limited (au début de 2005 pour cette dernière), deux sociétés de courtage en valeurs mobilières; et la poursuite de la stratégie de développement hors Québec pour les secteurs de l’Assurance et des Rentes collectives.

« Toutes ces initiatives s’inscrivent dans une stratégie plus globale qui vise quatre objectifs : améliorer notre efficacité, développer activement le secteur de la gestion de patrimoine, poursuivre notre diversification géographique, particulièrement pour les secteurs des produits et des services aux entreprises et aux groupes, et étendre nos réseaux de distribution », a expliqué monsieur Charest.

Monsieur Charest a par la suite apporté un certain nombre de précisions quant à la stratégie poursuivie par la société.

Améliorer l’efficacité – Dans le but d’améliorer l’efficacité du Groupe Industrielle Alliance, monsieur Charest a notamment rappelé que la société avait annoncé, le 1er décembre 2004, qu’elle allait regrouper les activités de sa filiale La Nationale Vie avec celles de la société mère. Ce regroupement devrait permettre d’alléger la structure du Groupe, qui deviendra ainsi une organisation encore plus compétitive et plus rentable. La société estime que ce regroupement devrait permettre d’augmenter le bénéfice net de la société de 6,6 millions de dollars par année (0,17 $ par action, dilué), à compter de l’année 2007, soit une fois que l’intégration sera complétée. Pour 2005, l’effet de ce regroupement devrait être neutre sur le plan de la rentabilité.

Développer le secteur de la gestion de patrimoine – Pour le secteur de la gestion de patrimoine, monsieur Charest a expliqué que la stratégie de la société consistait à poursuivre intensément son développement dans ce secteur en favorisant la croissance des produits manufacturés par les sociétés du Groupe Industrielle Alliance. On sait que l’Industrielle Alliance a commencé à développer le secteur de la gestion de patrimoine il y a cinq ans à peine. Depuis, la société a réalisé pas moins de dix acquisitions. En plus de donner accès à de nouveaux réseaux de distribution, ces acquisitions ont permis à la société de se doter d’une masse critique dans plusieurs créneaux du secteur de la gestion de patrimoine, dont ceux des fonds mutuels, où la société agit à titre de manufacturier et de distributeur, des valeurs mobilières, de la gestion privée de patrimoine et de la gestion institutionnelle. Au 31 décembre 2004, la société administrait et gérait ainsi un actif de 8,5 milliards de dollars dans ces créneaux.

Poursuivre la diversification géographique – Pour les secteurs des produits et des services aux entreprises et aux groupes, soit l’Assurance collective et les Rentes collectives, monsieur Charest a réitéré l’objectif de la société d’être reconnue, dans le secteur du collectif, comme un assureur national, au même titre qu’elle l’est déjà dans le secteur de l’individuel. On sait qu’environ la moitié du chiffre d’affaires de la société provient de l’extérieur du Québec, tous secteurs d’affaires confondus. Dans les secteurs des produits et des services aux particuliers, la proportion des ventes provenant de l’extérieur du Québec est de près de 60 %, alors que dans les secteurs des produits et des services aux entreprises et aux groupes cette proportion est d’un peu moins de 40 %. En 2004, la société a ainsi mis en place ce qui pourrait devenir la pierre angulaire de son développement futur à l’extérieur du Québec dans le secteur du collectif, grâce à l’ouverture de nouveaux bureaux dans l’Ouest canadien et au renforcement des équipes de vente dans les différentes régions du pays. Le développement à l’extérieur du Québec se fera, comme au Québec, par l’établissement de liens d’affaires avec des distributeurs privilégiés, en ciblant d’abord le marché des moyennes entreprises, tout en étant opportunistes pour la souscription de groupes de plus grande taille.

Étendre les réseaux de distribution – Dans les secteurs des produits et des services aux particuliers, soit l’Assurance individuelle et les Rentes individuelles, monsieur Charest a fait remarquer que l’Industrielle Alliance était reconnue, depuis maintenant plusieurs années, pour la force et l’envergure de ses réseaux de distribution. La société compte en effet sur de multiples réseaux pour distribuer ses produits, dont trois réseaux dits « traditionnels », soit le réseau Carrière (composé de près de 1 400 représentants rattachés), le réseau Agents généraux (composé de plus de 12 000 courtiers d’assurance) et le réseau Comptes nationaux (composé de quelque 200 courtiers en valeurs mobilières et planificateurs financiers). Au cours des dernières années, la société a également décidé de développer deux nouveaux réseaux de distribution, de manière à tirer avantage de la convergence au chapitre de la distribution, soit le réseau des conseillers en fonds mutuels (où la société compte maintenant quelque 1 500 représentants) et son propre réseau de courtiers en valeurs mobilières (où la société compte un peu plus de 100 courtiers). Finalement, en décembre dernier, à la suite de l’acquisition de BLC-Edmond de Rothschild gestion d’actifs inc., un nouveau réseau de distribution s’est ajouté pour la vente de fonds mutuels, soit celui de la Banque Laurentienne, avec qui la société a signé une entente de distribution exclusive de dix ans; ce réseau compte quelque 500 représentants. La stratégie de la société consiste donc à faire croître ces différents réseaux de distribution, et ce, dans toutes les régions du pays, en cherchant notamment à devenir l’« assureur de choix » d’un nombre grandissant de représentants.

« Nous sommes déterminés à tout mettre en œuvre pour atteindre nos objectifs, comme cela a été le cas dans le passé, a conclu monsieur Charest. Si nous réussissons à nous démarquer sur le marché, c’est grâce à l’heureux mariage de plusieurs attributs : une culture d’entrepreneurship qui favorise l’innovation et la performance; une stratégie d’affaires réfléchie et efficace axée sur des relations mutuellement profitables avec les représentants; une réputation d’excellence en matière de gestion des risques d’assurance et de placement; et un personnel qualifié et formé à l’interne, qui se concentre sur l’atteinte des objectifs à long terme de l’entreprise, tant au chapitre de la croissance des affaires qu’au chapitre de la rentabilité. »

Subdivision des actions
Soulignons par ailleurs que les actionnaires ont approuvé, lors de l’assemblée annuelle, une résolution visant à subdiviser à raison de deux pour une les actions ordinaires de la société. La subdivision prendra effet le 18 mai 2005 et les actions de la société commenceront à se négocier sur base subdivisée le 16 mai 2005, conformément aux règles de la Bourse de Toronto, où se négocie le titre de la société (symbole boursier : IAG). Sur base subdivisée, le dividende annoncé ce matin, de 0,25 $ l’action ordinaire, équivaut à un dividende de 0,125 $ l’action ordinaire. Ce dividende sera payable au comptant le 15 juin 2005 à tous les actionnaires inscrits le 20 mai.

À propos de l’Industrielle Alliance
Fondée en 1892, l’Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. est une société d’assurance de personnes qui offre une gamme variée de produits d’assurance vie et maladie, d’épargne et de retraite, de REER, de fonds mutuels et de fonds distincts, de valeurs mobilières, d’assurance auto et habitation, de prêts hypothécaires ainsi que d’autres produits et services financiers. Cinquième plus importante société d’assurance de personnes au Canada, l’Industrielle Alliance est à la tête d’un grand groupe financier – le Groupe Industrielle Alliance –, présent dans toutes les régions du pays. L’Industrielle Alliance assure plus de 1,7 million de Canadiens et de Canadiennes, emploie plus de 2 600 personnes et administre et gère un actif de 30 milliards de dollars. Le titre de l’Industrielle Alliance est inscrit à la Bourse de Toronto sous le symbole IAG. L’Industrielle Alliance compte parmi les 100 plus importantes sociétés publiques au Canada.

- 30 -

Information :
Jacques Carrière
Vice-président, Relations avec les investisseurs
Tél. bur. : (418) 684-5275
Cellulaire : (418) 576-3624