Retour à la salle de presse

L'Industrielle Alliance termine le troisième trimestre 2003 avec une augmentation de son bénéfice net de 27 % - Le dividende est haussé de 12 %

Québec,

Communiqué de presse

L’Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. termine le troisième trimestre de 2003 en force, avec d’excellents résultats, tant au chapitre de la rentabilité qu’au chapitre de la croissance des affaires. La société enregistre une hausse de son bénéfice net de 27 % par rapport à celui du troisième trimestre de l’année dernière, une augmentation de son bénéfice par action dilué de 0,17 $, qui s’élève ainsi à 0,92 $ pour le trimestre, et un taux de rendement annualisé sur les capitaux propres de 14,8 %. Ces résultats sont principalement attribuables à la remontée des marchés boursiers et à la progression continue des affaires en vigueur. C’est le deuxième trimestre consécutif où le taux de rendement annualisé de la société se situe autour de 15 %, soit dans le haut de la fourchette cible de 13 % à 15 % visée par cette dernière.

Sur le plan de la croissance des affaires, on assiste à un regain d’activité au chapitre des ventes. Ce regain s’est surtout manifesté dans le secteur des Rentes individuelles, qui a profité du nouvel optimisme des investisseurs pour les marchés boursiers, et dans le secteur de l’Assurance individuelle, où les ventes ont de nouveau dépassé le seuil des 30 millions de dollars. La remontée des ventes de même que la bonne conservation des affaires en vigueur ont permis à la société d’inscrire une augmentation de son revenu de primes de 11 % par rapport au trimestre correspondant de l’année dernière.

Nous sommes très satisfaits de ces résultats, qui montrent jusqu’à quel point nous avons réussi à équilibrer les impératifs de croissance et de rentabilité, dans un marché par ailleurs extrêmement compétitif, a déclaré Yvon Charest, président et chef de la direction. Les excellents bénéfices de la société enregistrés au cours des deux derniers trimestres de même que le très bon niveau de solvabilité atteint, qui dépasse notre fourchette cible, nous permettent de porter le dividende trimestriel à 0,19 $ l’action ordinaire, soit une hausse de 0,02 $, ou de 12 %. »

Rentabilité
La société termine le troisième trimestre de 2003 avec un bénéfice net aux actionnaires de 36,3 millions de dollars, ce qui représente une hausse de 27 % par rapport au bénéfice net de la même période l’année dernière. Il faut noter que le bénéfice de l’année dernière, comme toutes les données de 2002, a été redressé, conformément aux conventions comptables, pour tenir compte du coût des options d’achat d’actions, qui a commencé à être comptabilisé en 2003.

Le résultat du trimestre se traduit par un bénéfice par action dilué de 0,92 $ comparativement à 0,75 $ en 2002 (0,78 $ avant la comptabilisation du coût des options d’achat d’actions). Le rendement sur les capitaux propres s’établit pour sa part à 14,8 % sur base annualisée et à 14,1 % pour les douze derniers mois.

Le bénéfice du trimestre s’explique essentiellement par la progression continue et la bonne rentabilité du bloc d’affaires en vigueur de même que par la remontée des marchés boursiers, qui s’est poursuivie pour un second trimestre consécutif. La remontée des marchés a plus particulièrement favorisé le secteur des Rentes individuelles, notamment par le biais d’une augmentation du produit des honoraires de gestion, et a fait grimper le rendement sur le capital, grâce notamment à l’appréciation de la valeur des capitaux de lancement des fonds distincts.

À noter que les excellents résultats du trimestre ont été réalisés malgré une augmentation du drain pour les nouvelles ventes, par rapport au troisième trimestre de l’année dernière.

Depuis le début de l’année, le bénéfice net des actionnaires s’élève à 99,4 millions de dollars comparativement à 67,6 millions de dollars pour la même période en 2002 (87,0 millions de dollars si on exclut la provision prise pour Téléglobe au premier trimestre de l’année dernière).

Rentabilité par secteurs d’activité
Par secteurs d’activité, tous les secteurs affichent un excellent bénéfice net pour le trimestre - parmi les meilleurs qu’ils ont réalisés à ce jour sur base trimestrielle - et tous enregistrent une croissance du bénéfice net par rapport au troisième trimestre de l’année dernière. Presque tous les secteurs présentent notamment des gains d’expérience, reflet de la bonne rentabilité des affaires en vigueur et du conservatisme de la société lors de l’établissement de la valeur de ses engagements.

Voici quelques commentaires relativement au bénéfice de chaque secteur pour le troisième trimestre.

  • Le secteur de l’Assurance individuelle a connu un autre bon trimestre, avec un bénéfice net de 18,4 millions de dollars, en hausse de 14 % par rapport à la période équivalente l’année dernière. Les résultats de mortalité sont une fois de plus favorables. Le drain associé aux nouvelles ventes est quant à lui de 16 % plus élevé que celui du troisième trimestre de l’année dernière. Cela s’explique principalement par le déplacement des ventes vers les produits qui présentent davantage de caractéristiques dites « garanties ». On sait que le drain est généralement récupéré sous forme de profit au cours des exercices ultérieurs au fur et à mesure que les marges pour écarts défavorables sont libérées.
  • Après avoir écopé des piètres conditions de marché au cours des dernières années, le secteur des Rentes individuelles a connu un deuxième bon trimestre consécutif, grâce à la poursuite de l’appréciation des marchés boursiers. Le bénéfice net s’est ainsi établi à 7,1 millions de dollars, soit près du double de celui de l’année antérieure. Le drain relatif aux nouvelles ventes a cependant été plus élevé, reflet d’une plus grande proportion des ventes de rentes assurées à primes uniques, comme au cours des derniers trimestres.
  • Le secteur de l’Assurance collective a lui aussi enregistré un deuxième très bon trimestre consécutif, avec un bénéfice net de 6,0 millions de dollars. Les bons résultats du trimestre reflètent la croissance continue des affaires du secteur au cours des dernières années ainsi que l’adoption d’une approche tarifaire disciplinée. L’expérience de mortalité a également été favorable pour le secteur.
  • Les Rentes collectives ont aussi connu un autre solide trimestre, avec un bénéfice net de 4,8 millions de dollars, en hausse de 66 % par rapport à l’année dernière. La hausse est principalement attribuable à des gains d’expérience (alors qu’il y avait eu des pertes d’expérience au cours du troisième trimestre de l’année dernière).

Croissance des affaires
On a senti un regain d’activité au chapitre des ventes, au troisième trimestre, après une pause au trimestre précédent, qui avait lui-même suivi un bon premier trimestre. La croissance des ventes et la bonne conservation des affaires ont fait monter le revenu de primes à 549,8 millions de dollars pour le troisième trimestre, une augmentation de 11 % par rapport au trimestre correspondant de l’année antérieure. Tous les secteurs d’activité affichent une hausse de leur revenu de primes ce trimestre-ci, par rapport au troisième trimestre de l’année dernière, le secteur des Rentes individuelles étant celui dont les primes montrent la croissance la plus forte.

Voici quelques commentaires sur la performance des ventes de chaque secteur pour le troisième trimestre.

  • Le troisième trimestre a été particulièrement encourageant, dans le secteur de l’Assurance individuelle, les ventes ayant atteint le seuil des 30 millions de dollars, comme c’est le cas pour à peu près tous les trimestres depuis trois ans. Les ventes totalisent en effet 30,5 millions de dollars pour le troisième trimestre, ce qui représente une hausse de 1 % par rapport aux ventes du troisième trimestre de l’année dernière. Ce sont surtout les produits d’assurance temporaire, malgré la féroce compétition qui se joue actuellement sur le marché, et l’assurance en cas de maladie grave qui ont obtenu la faveur des consommateurs au cours du trimestre.
  • C’est cependant le secteur des Rentes individuelles qui a volé la vedette ce trimestre-ci, au chapitre des ventes, avec des entrées de fonds totalisant 135,4 millions de dollars, pour une hausse de 28 % par rapport au troisième trimestre de l’année dernière. Contrairement aux deux premiers trimestres de l’année, où seules les ventes des produits garantis avaient connu une croissance, les ventes sont à la hausse, pour le troisième trimestre, autant pour les produits garantis (fonds généraux) que pour les produits variables (fonds distincts). La croissance des ventes des produits variables est un signe manifeste de la reprise de confiance des investisseurs, qui se laissent de nouveau tenter par les marchés boursiers. À noter que les ventes nettes de fonds distincts demeurent toujours positives, et totalisent 83,7 millions de dollars après neuf mois, ce qui place la société au quatrième rang au Canada, avec 12,7 % du marché.
  • Dans le secteur de l’Assurance collective, pour les régimes d’employés, le troisième trimestre a été plutôt lent, à l’image du second et tout à fait à l’opposé du premier, qui, on se rappellera, avait été très vigoureux. Ainsi, les ventes pour le troisième trimestre totalisent 8,5 millions de dollars, inférieures de 14 % à celles de l’année dernière à pareille date. Les ventes de l’année à ce jour totalisent cependant 43,6 millions de dollars, un résultat supérieur de 18 % à celui de l’année dernière. Ce bon résultat provient principalement de ventes faites à plusieurs groupes importants, surtout au premier trimestre.
  • Rappelons que, le 8 octobre dernier, la société a fait l’annonce d’une nouvelle stratégie marketing en vertu de laquelle les produits et les services du secteur de l’Assurance collective des trois sociétés d’assurance vie du Groupe Industrielle Alliance seront dorénavant commercialisés sous une marque commune, celle de « Industrielle Alliance », et ce, partout au pays. Cette stratégie vise notamment à consolider la notoriété et le positionnement de la marque de l’Industrielle Alliance au sein du marché canadien.
  • Les ventes du secteur de l’Assurance collective des débiteurs continuent pour leur part leur croissance régulière. Elles s’élèvent à 40,2 millions de dollars pour le troisième trimestre, en hausse de 9 % par rapport à l’année dernière. Ce résultat est d’autant plus satisfaisant qu’il a été obtenu malgré un ralentissement des ventes d’automobiles au Canada, ventes dont le secteur est largement tributaire. Rappelons que la société reste le chef de file au Canada dans le marché de l’assurance des débiteurs auprès des concessionnaires d’automobiles, avec plus du tiers du marché canadien.
  • Après deux trimestres consécutifs de hausse, par rapport aux trimestres correspondants de l’année antérieure, les ventes d’assurance collective dans le secteur des marchés spéciaux (SMG) ont marqué une pause au troisième trimestre. Elles totalisent 17,9 millions de dollars pour le trimestre, inférieures de 25 % à celles de l’année dernière pour la même période, et 51,9 millions de dollars depuis le début de l’année, supérieures de 11 % à celles de l’année antérieure. Les résultats du trimestre étaient cependant attendus, étant donné les ventes exceptionnelles de l’année dernière.
  • Finalement, bien que le marché soit toujours au ralenti, les ventes ont renoué avec la croissance au cours du troisième trimestre dans le secteur des Rentes collectives. Les ventes s’élèvent en effet à 72,8 millions de dollars pour le troisième trimestre, en avance de 5 % par rapport à l’année antérieure. Elles sont à la hausse aussi bien dans le secteur des rentes assurées que dans celui des produits d’accumulation, où nous sommes particulièrement heureux de la forte croissance des primes récurrentes, qui constitue le cœur de nos activités de rentes collectives. Les ventes du trimestre n’ont cependant pas été suffisantes pour effacer le retard des deux premiers trimestres, de sorte que les ventes de l’année à ce jour totalisent 429,4 millions de dollars, soit un montant inférieur de 10 % à celui de l’année dernière.

Actif sous gestion et sous administration
L’actif sous gestion et sous administration s’élève à 18,6 milliards de dollars au 30 septembre 2003, ce qui constitue une hausse de 11 % depuis le début de l’année. La croissance du revenu de primes, l’appréciation des marchés boursiers et le transfert du second bloc d’affaires du Trust Banque Nationale, au premier trimestre, sont à l’origine de la croissance.

Solvabilité
Le ratio de solvabilité s’établit à 214 % au 30 septembre 2003. Ce ratio est supérieur de 6 points de pourcentage à celui que l’on enregistrait le 4 juillet dernier, soit au moment de l’émission de 150 millions de dollars de capital novateur de catégorie 1. L’augmentation du ratio est attribuable principalement aux bons résultats de la société au cours du trimestre de même qu’à la remontée des marchés boursiers. Rappelons que le ratio de solvabilité se situe toujours au-dessus de la fourchette cible de 175 % à 200 % retenue comme objectif par la société.

Qualité des placements
Il n’y a eu aucun changement significatif à la qualité des placements au cours du trimestre, ou même depuis le début de l’année. La qualité générale des différents portefeuilles reste donc toujours excellente. Ainsi :

  • les placements douteux nets ont été à peu près stables tout au long de l’année. Ils s’élèvent à 20,4 millions de dollars au 30 septembre, ce qui représente 0,21 % des placements totaux. Il s’agit de l’un des taux les plus bas atteints par la société au cours des dernières années; 
  • le portefeuille obligataire n’a subi aucun défaut au cours du trimestre. Après avoir légèrement remonté au cours du premier trimestre (à 0,15 % du portefeuille), la proportion des obligations cotées BB et moins est redescendue à 0,09 % du portefeuille au 30 septembre 2003, soit à un niveau légèrement inférieur à celui du début de l’année (0,11 %);
  • le taux de délinquance du portefeuille hypothécaire est demeuré à peu près stable au cours du trimestre, et se situe à 0,87 % du portefeuille au 30 septembre 2003. Plus de 40 % des prêts délinquants sont assurés;
  • le taux d’occupation du parc immobilier a été maintenu à un niveau élevé au cours du trimestre. Le taux d’occupation s’élève à 92,7 %;
  • finalement, l’appréciation des marchés boursiers a poussé à la hausse la valeur marchande du portefeuille d’actions et d’indices boursiers, qui représente maintenant 100,7 % de la valeur comptable (96,1 % au 31 décembre 2002).

TABLEAU

Frais généraux
Les frais généraux, à l’exclusion des frais de placement, totalisent 173,8 millions de dollars depuis le début de l’année, soit 5,1 millions de plus que l’année dernière. Ces frais tiennent compte, cependant, des sommes comptabilisées en vertu du programme d’aide gouvernementale relatif aux projets d’investissement majeur, dont nous avons fait état au cours du trimestre précédent. Avant impôts, ces sommes totalisent 9,9 millions de dollars depuis le début de l’année, dont 1,1 million pour le troisième trimestre; après impôts, elles s'élèvent à 6,8 millions de dollars depuis le début de l'année, dont 800 000 $ pour le troisième trimestre. Sans cette contribution, les frais auraient donc été de 183,7 millions de dollars depuis le début de l’année, et auraient correspondu à une augmentation de 15,0 millions de dollars (ou de 9 %) par rapport à la même période l’année dernière.

La hausse des frais provient de la croissance normale des affaires, notamment dans le secteur de l’Assurance collective ainsi que dans ceux de l’assurance auto et habitation et des valeurs mobilières, secteurs où la société possède des filiales actuellement en phase de développement.

Acquisition d’entreprises
La société a poursuivi sa stratégie de croissance dans le secteur de la gestion du patrimoine, avec l’annonce de deux nouvelles offres d’achat au cours du trimestre et la clôture d’une acquisition annoncée plus tôt cette année.

Ainsi, le 15 août 2003, l’Industrielle Alliance a annoncé une entente en vertu de laquelle elle se portera acquéreur de toutes les actions ordinaires de Fonds communs de placement Coopérateurs limitée (FCPC). FCPC est un manufacturier de fonds mutuels, dont l’actif s’élève à près de 90 millions de dollars. Cette entente marque un pas important dans la stratégie de développement de l’Industrielle Alliance puisqu’elle permettra à la société de gérer sa propre gamme de fonds mutuels. Cette entente est sujette à l’approbation des autorités réglementaires.

Aussi, le 10 septembre 2003, l’Industrielle Alliance et FundEX Investments ont annoncé une entente en vertu de laquelle l’Industrielle Alliance portera sa participation dans FundEX de 25 % à 75 %. L’entente comporte également une option d’achat, pour l’Industrielle Alliance, ainsi qu’une option de vente, pour les actionnaires de FundEX, sur toutes les actions restantes de FundEX. Ces options pourront être exercées progressivement sur une période de trois ans après la clôture de la transaction. Cette entente est sujette à l’approbation des autorités réglementaires. Rappelons que l’Industrielle Alliance s’était portée acquéreur de 25 % des actions de FundEX en juin 2002. FundEX est un courtier en fonds mutuels qui compte près de 400 représentants et qui administre un actif de quelque 3,5 milliards de dollars.

Mentionnons également que l’achat de Global Allocation Financial Group Inc., qui avait été annoncée le 4 mars 2003, a été conclue le 16 octobre dernier. Global Allocation est un courtier en fonds mutuels qui distribue ses produits par le biais de quelque 50 représentants et qui administre un actif d’environ 300 millions de dollars.

Ces diverses ententes portent à sept le nombre d’acquisitions réalisées par l’Industrielle Alliance dans les secteurs des fonds mutuels et des valeurs mobilières depuis 2001. L’ensemble des acquisitions permettront à la société d’accroître de quelque 1 200 le nombre de représentants au sein de ses réseaux de distribution et d’ajouter près de 4 milliards de dollars à ses autres actifs sous administration.

Déclaration de dividende
Le conseil d’administration a déclaré le paiement d’un dividende trimestriel de 0,19 $ l’action ordinaire, en hausse de 0,02 $, ou de 12 %. Ce dernier sera payable en argent, le 15 décembre 2003, aux actionnaires inscrits le 21 novembre 2003.

Déclarations prospectives
Ce communiqué peut renfermer des déclarations prospectives sur les activités, les objectifs et les stratégies de l’Industrielle Alliance, ainsi que sur sa situation financière et son rendement. Ces déclarations sont assujetties à des risques et à des incertitudes. Plusieurs facteurs, notamment des modifications législatives et réglementaires, la concurrence, des changements technologiques, les marchés financiers mondiaux, les taux d’intérêt, l’évolution des données démographiques et les conditions économiques générales au Canada ou ailleurs dans le monde peuvent avoir une influence importante sur les résultats de la société. Cette liste de facteurs ne contient pas tous ceux qui pourraient avoir une influence sur quelque déclaration prospective que ce soit de l’Industrielle Alliance. Ces facteurs et d’autres doivent être analysés de près et les lecteurs ne doivent pas se fier indûment aux déclarations prospectives de l’Industrielle Alliance.

À propos du Groupe Industrielle Alliance
Le Groupe Industrielle Alliance figure parmi les plus solides institutions financières au pays, où il exerce un leadership dans les domaines de l’assurance et des services financiers. Le Groupe est présent partout au Canada, par le biais de l’Industrielle Alliance (Québec), de La Nationale Vie (Toronto) et de l’Industrielle Alliance Pacifique (Vancouver). Sixième plus importante société d’assurance de personnes au Canada, le Groupe Industrielle Alliance assure plus d’un million et demi de Canadiens et de Canadiennes, emploie plus de 2 100 personnes et administre un actif de 18,6 milliards de dollars. Le titre de l’Industrielle Alliance est inscrit à la Bourse de Toronto sous le symbole IAG. L’Industrielle Alliance compte parmi les 100 plus importantes sociétés publiques au Canada 

Notes

  1. Redressé, en 2002, pour tenir compte du coût des options d’achat d’actions, qui a commencé à être comptabilisé en 2003.
  2. Les données sur le taux de rendement des douze derniers mois excluent la provision de 19,4 millions de dollars, après impôts, pour Téléglobe, prise au premier trimestre 2002, et ont été ajustées pour exclure, en 2001, la charge liée à l’écart d’acquisition.
  3. Ratio de solvabilité au 4 juillet 2003, soit au moment de la clôture de l’émission de 150 millions de dollars de capital novateur de catégorie 1. Le ratio de solvabilité au 30 juin 2003 se situait à 185 %.
  4. Les ventes sont définies de la façon suivante pour chacun des secteurs d’activité :
    • Assurance individuelle : primes annualisées de première année;
    • Assurance collective : primes annualisées de première année pour les régimes d’employés, primes uniques pour l’assurance des débiteurs et primes nettes pour les groupes de marchés spéciaux (SMG);
    • Rentes individuelles : primes comptables;
    • Rentes collectives : primes brutes pour les produits d’accumulation et pour les produits de rentes assurées ainsi que dépôts versés directement à la société de fiducie.

- 30 -

Information:
Jacques Carrière, vice-président, Relations avec les investisseurs
Tél. bur : (418) 684-5275; cellulaire : (418) 576-3624
Site Internet: www.inalco.com