Retour à la salle de presse

Le président de l'Industrielle Alliance présente sa vision du secteur des services financiers

Québec,

Communiqué de presse

Discours

Monsieur Yvon Charest, président et chef de la direction de l’Industrielle Alliance, Assurance et services financiers, était invité à prononcer une allocution, ce midi, devant la Chambre de commerce et d’industrie du Québec métropolitain, qui vient de décerner à l’Industrielle Alliance le titre d’entreprise visionnaire de l’année 2001. Monsieur Charest a profité de l’occasion pour expliquer l’évolution récente de la société – ainsi que sa stratégie de croissance pour la prochaine année – et pour présenter sa vision du secteur des services financiers.

Trois objectifs stratégiques atteints
Monsieur Charest a d’abord rappelé que l’Industrielle Alliance avait réalisé les trois grands objectifs qu’elle s’était fixés au cours des dernières années :

  • diversifier ses activités géographiquement. Par régions, l’Industrielle Alliance tire aujourd’hui environ la moitié de ses revenus de ses opérations hors Québec;
  • diversifier sa gamme de produits financiers. Par produits, l’Industrielle Alliance tire également environ la moitié de ses revenus de ses produits d’épargne et d’investissement;
  • moderniser sa structure juridique. L’Industrielle Alliance a complété son processus de transformation de société mutuelle en société à capital-actions en février 2000.

« Voilà donc là où en est l’Industrielle Alliance aujourd’hui, a fait remarquer monsieur Charest. De société essentiellement québécoise, elle est devenue une société pancanadienne. De société d’assurance, elle est devenue une institution financière. Et de société mutuelle, elle est devenue une société à capital-actions. »

Mégafusions ou ententes stratégiques?
À deux semaines de l’entrée en vigueur des nouvelles règles de propriété touchant les institutions financières à charte fédérale, et tout juste après l’annonce du regroupement de Sun Life et de Clarica, monsieur Charest a tenu à mettre en garde les gens contre des conclusions trop hâtives suivant lesquelles les institutions de taille moyenne ne seraient plus en mesure de concurrencer efficacement les institutions de grande taille.

Monsieur Charest a notamment expliqué que, au cours des dernières années, ce ne sont pas les assureurs majeurs, mais les assureurs de taille moyenne, qui ont été les plus actifs sur le plan des acquisitions et que, phénomène encore plus intéressant, la consolidation n’a pas tant pris la forme de fusions ou d’acquisitions que la forme d’ententes stratégiques, favorisant ainsi les ententes « à la pièce » entre institutions de toute taille. C’est d’ailleurs l’une des voies qu’a suivie l’Industrielle Alliance au cours des dernières années. « Par exemple, c’est nous qui concevons et administrons les produits d’assurance vie de la Banque TD de même que les produits d’assurance des débiteurs de la Banque Laurentienne. Et pas plus tard qu’hier, nous avons annoncé une importante entente avec la Banque Nationale, en vertu de laquelle nous administrerons les régimes de retraite collectifs distribués par le Trust Banque Nationale », a fait remarquer monsieur Charest.

Monsieur Charest ne cache pas sa préférence pour ces ententes stratégiques, qui permettent aux entreprises de toute taille d’améliorer leur efficacité et leur gamme de produits, plutôt que pour les mégafusions. « Je crois que les consommateurs bénéficieront d’une concurrence beaucoup plus saine si le marché est composé d’un grand nombre d’institutions de tailles diverses, ayant chacune des stratégies qui leur sont propres. » Pour monsieur Charest, « le succès se mesure davantage au dynamisme et à la capacité d’innover et de s’adapter qu’à la taille d’une organisation ».

Règles de propriété de l’Industrielle Alliance
En ce qui regarde les règles de propriété, monsieur Charest a rappelé que l’Industrielle Alliance n’est pas touchée par les changements prévus à la législation fédérale, puisqu’elle exerce ses activités en vertu d’une charte québécoise. Les règles de propriété qui régissent l’Industrielle Alliance sont définies dans un projet de loi privé et prévoient qu’aucun actionnaire ne peut détenir plus de 10 % des actions de la société, et ce, sans limite de temps. « Notre plan d’action, que nous avons répété inlassablement depuis février 2000 à tous nos actionnaires, est de poursuivre le développement de l’entreprise, a souligné monsieur Charest. Cette règle de propriété nous procure la flexibilité de décider, en tout temps, de notre propre avenir, dans le meilleur intérêt de nos actionnaires. »

Stratégie de croissance de l’Industrielle Alliance
Se tournant vers l’avenir, monsieur Charest a rappelé que le conseil d’administration avait confié un mandat clair à la direction de l’Industrielle Alliance au moment de la démutualisation : poursuivre, voire accélérer, sa croissance, tant à l’interne qu’à l’externe, par le biais d’acquisitions, et continuer à étendre ses activités de services financiers, connexes à celles d’assurance de personnes.

Ainsi, au cours de la prochaine année, outre le développement intensif de ses secteurs d’assurance de personnes et de gestion du patrimoine, la société entend notamment mettre l’accent sur de nouveaux créneaux, soit :

  • élargir davantage sa gamme des produits d’épargne et d’investissement, en mettant entre autres l’accent sur la distribution de fonds communs de placement (fonds mutuels), en complément aux fonds distincts;
  • développer une opération de plein exercice en valeurs mobilières;
  • participer activement à l’Association canadienne des paiements. Cette participation permettra aux clients de la société d’accéder à leurs fonds par le biais des guichets automatiques, grâce à une carte de débit;
  • accélérer le développement de L’Industrielle-Alliance Compagnie de Fiducie, une filiale de l’Industrielle Alliance créée l’année dernière.

À propos de l’Industrielle Alliance
Septième en importance parmi les sociétés d’assurance de personnes, le Groupe Industrielle Alliance est présent partout au Canada par le biais de l’Industrielle Alliance (Québec) et de ses filiales, dont l’Industrielle Alliance Pacifique (Vancouver) et La Nationale Vie (Toronto). Le Groupe assure plus d’un million et demi de Canadiens et de Canadiennes et emploie plus de 2 000 personnes. Son actif s’élève à 14,7 milliards de dollars.

- 30 -

Information :
Jacques Carrière
Vice-président, Relations avec les investisseurs
Tél. bureau : (418) 684-5275
Tél. cellulaire : (418) 576-3624