Retour à la salle de presse

Résultats du second trimestre 2000 de L'Industrielle-Alliance Compagnie d'Assurance sur la Vie

Augmentation du bénéfice de 21 % pour le premier semestre

Vancouver,

Communiqué de presse

L’Industrielle-Alliance Compagnie d’Assurance sur la Vie (Bourse de Toronto : IAG) termine le deuxième trimestre de l’année 2000 avec un bénéfice net attribuable aux actionnaires (le « bénéfice net ») de 23,1 millions de dollars, soit 0,60 $ par action ordinaire, comparativement à un bénéfice régulier pro forma de 19,5 millions de dollars pour le deuxième trimestre de 1999 (ou 0,52 $ par action ordinaire). Le bénéfice régulier pro forma de 1999 exclut un gain inhabituel après impôts de 5,3 millions de dollars à la suite de la vente de filiales.

Vous pouvez également consulter la section Résultats financiers du deuxième trimestre 2000.

Cumulativement, pour les six premiers mois de l’année, le bénéfice net s’élève à 43,3 millions de dollars, soit 1,14 $ par action ordinaire, alors que le bénéfice régulier pro forma était de 30,5 millions de dollars (0,81 $ par action ordinaire) pour les six premiers mois de 1999, pour une hausse de 42 %. Même en tenant compte du gain inhabituel en 1999, le bénéfice net jusqu’au 30 juin de cette année dépasse celui de l’année dernière de 21 %. Le taux de rendement sur l’avoir des actionnaires ordinaires pour les douze mois se terminant le 30 juin 2000 s’établit quant à lui à 13,37 %, comparativement à 12,27 % pour la même période l’an dernier, en excluant le gain inhabituel.

« Pour un second trimestre cette année, le bénéfice net que la compagnie tire de ses opérations régulières est en nette progression, a déclaré monsieur Yvon Charest, président et chef de la direction, à l’issue de la réunion du conseil d’administration qui s’est tenue aujourd’hui, à Vancouver, au siège social de La Compagnie d’Assurance-Vie North West du Canada, une filiale de L’Industrielle-Alliance. Le bénéfice est à la hausse pour tous les secteurs d’activité, y compris pour l’Assurance collective, qui renoue avec la rentabilité après quelques trimestres déficitaires. Les ajustements tarifaires apportés au renouvellement des contrats, et qui se poursuivent, semblent donc porter fruit. Le taux de rendement des actionnaires ordinaires se situe toujours dans le haut de la fourchette visée par la compagnie, soit entre 12 % et 14 %, une stabilité dont nous sommes fiers. »

L’augmentation du bénéfice au second trimestre résulte de l’effet conjugué de la progression régulière des ventes, de la croissance des fonds sous gestion, de l’expérience favorable au chapitre des demandes de règlement en assurance vie individuelle et collective, du maintien de la bonne expérience de mortalité en rentes individuelles et du contrôle du niveau de croissance des coûts d’opération.

Croissance des affaires
Sur le plan de la croissance des affaires, les primes d’assurance et de rentes du deuxième trimestre, y compris les contributions aux fonds distincts, atteignent 500,0 millions de dollars, comparativement à 543,5 millions de dollars pour la période correspondante en 1999. N’eût été de la fluctuation observée dans le secteur des Rentes collectives, notamment dans les entrées de fonds en vertu d’un important contrat d’une association professionnelle, les primes auraient été en hausse de 40 millions de dollars. Cependant, pour les six premiers mois de l’année, les primes totalisent 1 122 millions de dollars, en hausse de 53 millions de dollars par rapport à la même période en 1999. La hausse des primes depuis le début de l’année est attribuable à la bonne conservation des affaires ainsi qu’à l’augmentation des ventes. Les primes des produits de gestion du patrimoine comptent pour près de 60 % du total.

Assurance individuelle - Après avoir enregistré une croissance de 9 % au premier trimestre, les ventes d’assurance individuelle (primes annualisées de première année) ont augmenté de 5 % au deuxième trimestre, et totalisent, depuis le début de l’année, 56,1 millions de dollars, soit 7 % de plus qu’en 1999 pour la même période. Avec une force de vente comprenant plus de 14 000 représentants, répartis au sein de trois réseaux de distribution, le Groupe L’Industrielle-Alliance se classe toujours au deuxième rang au Canada au chapitre des ventes, avec 12,8 % du marché (donnée du premier trimestre).

Assurance collective : assurance des débiteurs - Les ventes (primes uniques) s’élèvent à 31,0 millions de dollars au deuxième trimestre de l’année 2000 pour le segment de l’assurance des débiteurs, une croissance de 4 % comparativement à la même période l’année dernière. Cumulativement, les ventes atteignent 50,1 millions de dollars, soit 6 % de plus qu’au premier semestre de 1999. La grande partie de cette croissance provient de l’assurance offerte par l’entremise des concessionnaires d’automobiles, secteur où la compagnie est un leader au Canada. La mise en œuvre de la stratégie de développement de ce secteur a franchi un pas de plus au cours des derniers mois, avec l’achat, par La North West, de Mécagroupe, un courtier spécialisé qui distribue des produits d’assurance des débiteurs auprès des concessionnaires d’automobiles au Québec. Le Groupe L’Industrielle-Alliance dispose maintenant d’une force de vente directe dans toutes les régions du pays.

Assurance collective : régimes d’employés - Dans le marché plus volatil des régimes d’employés, une partie du retard accumulé au cours du premier trimestre a été rattrapée au cours des derniers mois, alors que les ventes (primes annualisées de première année) se sont établies à 12,3 millions de dollars au deuxième trimestre, en hausse de 16 % par rapport à la période correspondante de l’année antérieure. Cumulativement, pour les six premiers mois de l’année, les ventes totalisent maintenant 22,9 millions de dollars, comparativement à 25,1 millions pour la même période en 1999.

Rentes individuelles - Les primes de rentes individuelles s’élèvent à 126,7 millions de dollars pour le deuxième trimestre, un montant supérieur de 23 % à celui de l’année dernière pour la même période. Cette remontée survient après un premier trimestre particulièrement remarquable, avec des entrées de fonds supérieures d’un peu plus de 50 % à celles de l’année antérieure (la saison des REER a été exceptionnelle cette année). Pour les six premiers mois de l’année, les primes atteignent 392,6 millions de dollars, soit une hausse de 42 % par rapport aux résultats comparables de l’année dernière. Les fonds distincts représentent plus de 60 % de l’actif sous gestion dans ce secteur d’activité.

Rentes collectives - Les primes du deuxième trimestre se sont élevées à 126,2 millions de dollars, comparativement à 210,1 millions de dollars pour la période correspondante en 1999, ce qui porte le total à 250,2 millions de dollars depuis le début de l’année, par rapport à 347,8 millions de dollars pour la même période en 1999. La baisse est attribuable à deux facteurs : la fin du programme gouvernemental d’adaptation des travailleurs âgés (PATA), pour lequel la compagnie avait perçu des primes s’élevant à 45,6 millions de dollars pour les six premiers mois de 1999, et la pause temporaire – et prévue – des transferts de fonds en provenance d’un autre assureur dans le cadre d’un important contrat avec une association professionnelle. Comme on le sait, ce contrat, avec un client associé à la compagnie depuis plus de 40 ans, est en pleine restructuration. Aucune somme n’a été récupérée de l’autre assureur au cours du deuxième trimestre, mais un solde d’actif de 423 millions de dollars fera l’objet d’une reprise de réassurance au cours des prochaines années, dont 122 millions de dollars d’ici la fin de l’année. Ces reprises varient au gré des échéances des dépôts existants.

Notons, par ailleurs, que les ventes de rentes assurées, qui avaient été volontairement freinées au cours des dernières années, ont repris leur progression cette année. Les primes, nettes de réassurance, totalisent ainsi 35,2 millions de dollars depuis le début de l’année, en hausse de 25 % par rapport à la même période en 1999. La signature d’une entente de réassurance nous permet maintenant d’anticiper le niveau de rentabilité escompté sur ces affaires, pour lesquelles la compagnie possède une expertise reconnue.

Actif sous gestion
L’actif sous gestion atteint 13,5 milliards de dollars au 30 juin 2000, une augmentation de 8 % au cours des douze derniers mois. Comme il a été mentionné au premier trimestre, la répartition de l’actif, entre fonds généraux et fonds distincts, a été modifiée considérablement cette année, conséquence principalement du transfert de 1,4 milliard de dollars entre les fonds généraux et les fonds distincts de La Nationale Vie.

Qualité des placements
La qualité des placements demeure excellente. L’actif non productif en pourcentage des placements s’établit à 0,23 % au 30 juin 2000, en baisse par rapport au 30 juin 1999 (0,33 %) et au 31 mars 2000 (0,24 %). Le taux de délinquance du portefeuille obligataire est à toutes fins pratiques nul et celui du portefeuille de prêts hypothécaires se chiffre à 0,28 % au 30 juin 2000, comparativement à 0,50 % au 30 juin 1999 et à 0,38 % au 31 mars 2000.

Capitalisation
Les capitaux propres s’élèvent à 731,7 millions de dollars au 30 juin 2000, en hausse de 12 % par rapport au 30 juin 1999, sur une base pro forma. La valeur aux livres par action ordinaire s’établit, au 30 juin 2000, à 17,48 $, en hausse de 4 % comparativement à la fin du trimestre précédent. Le ratio de capitalisation, tel que mesuré selon les lignes directrices des autorités réglementaires, s’élève, au 30 juin 2000, à 185,0 % pour L’Industrielle-Alliance, un ratio pratiquement stable depuis la fin du premier trimestre. Ce ratio excède largement les exigences des autorités réglementaires.

Données pro forma
À noter qu’en raison de la démutualisation de L’Industrielle-Alliance, le 10 février 2000, les données comparatives de 1999 sont présentées sur une base pro forma lorsque cela est jugé approprié. Ces données présentent le bénéfice de la période qui aurait été attribuable aux actionnaires ainsi que les capitaux propres si L’Industrielle-Alliance s’était démutualisée le 1er janvier 1999. Ils donnent effet au coût estimé de gestion de l’actionnariat et au reclassement des comptes des contrats avec participation.

La North West change de nom
La North West, l’une des filiales de L’Industrielle-Alliance, a annoncé aujourd’hui qu’elle allait changer de nom pour porter dorénavant le nom de « Industrielle Alliance Pacifique ». Ce nouveau nom, qui reprend essentiellement celui de la société mère, mais en y ajoutant une composante régionale, constitue l’aboutissement du rapprochement qui s’est exercé au fil des ans entre La North West et L’Industrielle-Alliance, deux compagnies offrant essentiellement la même gamme de produits, mais dans des territoires différents. Sur le plan commercial, la partie générique du nom, celle qui indique le champ d’activité, deviendra « assurance et services financiers », afin de mieux refléter les secteurs d’activité de la compagnie, qui œuvre aussi bien dans les secteurs de l’assurance de personnes que de la gestion du patrimoine. Ce nouveau nom sera utilisé à compter du 1er septembre au Canada. Rappelons que La North West est la seule compagnie d’assurance vie ayant son siège social à l’ouest de Winnipeg à offrir une gamme complète de produits et services.

Autres événements à souligner pour le deuxième trimestre

DBRS a commencé à donner des cotes à L’Industrielle-Alliance en attribuant les cotes de IC-2 pour la capacité de payer les prestations (2e plus haut niveau), de Pfd-2 (high ) pour les actions privilégiées (2e niveau) et de A pour les débentures subordonnées (3e niveau).

A.M. Best a annoncé le renouvellement de la cote de A (Excellent) des trois entreprises d’assurance vie du Groupe, soit L’Industrielle-Alliance, La North West et La Nationale Vie.

La société mère et La North West ont introduit une nouvelle police d’assurance vie universelle récemment, MERIDIA. Il s’agit d’un produit qui amalgame assurance et gestion du patrimoine. Le concept de « valeur maximisée » est privilégié, un concept qui met l’accent sur la composante « placement » et sur l’avantage fiscal qui y est rattaché. Rappelons que la compagnie venait au second rang au Canada, à la fin du premier trimestre, pour les ventes d’assurance vie universelle, calculées en fonction des primes brutes annualisées.

Trois nouveaux fonds de placement ont été introduits en juin à La Nationale Vie, soit un fonds RER équilibré global, un fonds RER d’actions américaines et un fonds indiciel d’actions canadiennes.

À propos de L’Industrielle-Alliance
Forte de plus d’un siècle d’expérience, L’Industrielle-Alliance est une compagnie d’assurance de personnes qui offre une gamme variée de produits d’assurance et de gestion du patrimoine. Elle œuvre à la grandeur du Canada, soit directement, soit par le biais de filiales, dont La Nationale Vie du Canada (Toronto) et La North West (Vancouver). L’Industrielle-Alliance est également propriétaire d’une compagnie d’assurance générale, L’Industrielle-Alliance Auto et Habitation. L’Industrielle-Alliance est la septième plus importante compagnie d’assurance de personnes au Canada.

Vous trouverez les résultats financiers de L’Industrielle-Alliance pour le deuxième trimestre, y compris les états financiers complets, sur le site Internet de la compagnie, à l’adresse suivante : www.inalco.com.

- 30 -

Sources et information

Médias :
Jacques Carrière
(418) 684-5275 (bureau)
(418) 576-3624 (cellulaire)

Investisseurs et analystes financiers :
Yvon Sauvageau
(418) 684-5058 (bureau)